Carte des parcours et des intersections problématiques

Vous êtes de plus en plus nombreux à nous faire part de vos commentaires sur l’état du réseau cyclable et à nous signaler des points dangereux, les fameux blackspots, qui ne font pas nécessairement partie du réseau, mais qui sont des passages obligés pour les cyclistes utilitaires.

Grâce à vous, nous avons acquis une meilleure connaissance de la ville. Notre point de vue est que ce savoir, issu de l’expérience, devrait guider les politiques et les actions de la Ville de Québec en faveur du vélo. Pour ce faire, nous avons géolocalisé l’ensemble de vos observations, ainsi que celles recueillies par l’entremise de la Table de concertation vélo des conseils de quartier, sur la carte ci-dessous. C’est un chantier permanent, alors n’hésitez pas à nous signaler d’autres passages dangereux.

Pour ajouter un élément :

  1. indiquez le nom de l’artère ou de l’intersection ;
  2. expliquez la problématique avec clarté et concision ;
  3. tweetez @velurbaniste, joignez-nous sur Facebook ou utilisez la boîte de commentaires ci-dessous.

129 réflexions sur “Carte des parcours et des intersections problématiques

  1. J’aimerais bien qu’il y ai un lien entre le Corridor des Cheminots (au Nord) et quelque part dans le quartier Duberger-Les-Saules (au Sud). Il y a déja deux projets sur les visions a déplacements à vélo, Les projets #50 et #26 vont certainement aider a ma situation, mais il manque un lien du coin de l’avenue Chauveau et la rue du Point-du-Jour vers le Corridor des Cheminots au Boulevard Pie-XI. Chaque été, j’empruntais une piste qui traverse maintenant le projet de développement Pointe des Chatels, et je rejoignais le Corridor des cheminots par le Boulevard Pie-XI. Ensuite je continuais mon trajet vers Rivière-À-Pierre, Je voudrais bien que la ville créé une vraie piste cyclable qui rejoindra le Boulevard Pie-XI de l’avenue Chauveau

  2. Superbe travail très pertinent!
    Les intersections proches des Halles de Sainte-Foy sont problématiques. Disons que j’arrête aux Halles pour des courses (entrée via le Chemin Sainte-Foy) et que je souhaite aller sur la piste Quatre-Bourgeois vers l’Université Laval, je dois rouler sur les trottoirs pendant quelques dizaines de mètres. Si je souhaite à aller au Cégep Sainte-Foy à partir des Halles, il n’y a aucune piste. Je me questionne sur l’utilité du petit tronçon de piste cyclable sur Henri-Bourassa en face des Halles, elle n’amène nulle part. Ce secteur pourrait être bonifié pour assurer une meilleure sécurité aux usagers.

  3. ICI : https://www.google.ca/maps/place/46%C2%B048'52.8%22N+71%C2%B014'35.4%22W/@46.8144419,-71.2432558,192m/data=!3m1!1e3!4m5!3m4!1s0x0:0x0!8m2!3d46.814652!4d-71.243173

    Sérieux problème de la rencontre en « T ». Enlever COMPLÈTEMENT les arbustes est une obligation absolue de la part de la Ville. Je viens d’être témoin d’un accident grâve et dont une résidente d’en face nous a raconté que c’est la 3e collision de l’été.

    Individu est descendu de la côté à pleine vitesse vers la piste principale et est entré en collision avec une jeune dame.

    Lorsque tu descend la piste de jonction, il y a des buissons à gauche (Ouest) qui fait en sorte que tu ne peux pas voir s’il y a des cyclistes qui se dirigent vers l’Est (Et surement dans l’autre sens également). Le gros bon sens dirait au cycliste de ralentir et faire un arrête, mais on s’est très bien que ca l’apparait illogique pour certains.

    Retirer, et non la taille, les arbustes ainsi que refaire le marquage de la ligne d’arrêt (pourtant les lignes jaunes sont fraiches) et l’ajout d’un STOP s’impose.

    Pauvre fille… :(

  4. Sur le Corridor des cheminots entre le km 0 et la rivière Jacques-Cartier, il y a 40 arrêts ou lumières sur la piste (21 arrêts, 19 lumières). C’est beaucoup trop! À beaucoup d’endroits, il y a un arrêt pour les cyclistes et pas pour les automobilistes et c’est très dangereux de traverser le chemin comme, par exemple, à l’avenue des affaires. Pourtant, à certains endroits, il n’y a pas ou peu de circulation dans l’autre sens et énormément d’utilisateurs sur la piste. À ces intersections, l’arrêt devrait être pour les automobilistes. C’est le cas des endroits suivants : boulevard Bastien- Hydro-Québec (l’arrêt pour les automobilistes a été enlevé), boulevard Bastien-commerce en faillite qui semble fermé depuis longtemps Centre horticole La Source (cet arrêt est à enlever), rue Parent à Wendake, les deux arrêts sur le parcours du golf. D’ailleurs, 3 arrêts à Wendake ont été enlevés pour les automobilistes (rue Huron, rue Parent, rue Georges-Cloutier), pourquoi? Pourtant l’achalandage sur la piste justifie ces arrêts pour les automobilistes.
    Aussi, à l’angle de la 1ère avenue, les autobus articulés arrêtés bloquent la moitié de la piste.

  5. J’aimerais m’opposer à ce que l’on qualifie la situation de la chicane trop étroite de la cour de l’école des Berges de corrigée pour l’instant, même partiellement, car elle continue d’être empruntée par plusieurs cyclistes pendant l’été. C’est un passage plus « naturel » pour les cyclistes venant de Limoilou habitant à l’ouest de la rue du Pont, surtout lorsque notre destination est elle aussi située à l’ouest de du Pont dans St-Roch et que les sens-unique sont contre nous (si on peut dire…). Ça en est même dangereux selon moi – mon ami s’est ouvert le pouce sur cette clôture en traversant et cela a nécessité 4 points de suture.

  6. J’aimerais m’opposer à ce que l’on qualifie la situation de la chicane trop étroite de la cour de l’école des Berges de corrigée pour l’instant, même partiellement, car elle continue d’être empruntée par plusieurs cyclistes pendant l’été. C’est un passage plus « naturel » pour les cyclistes venant de Limoilou habitant à l’ouest de la rue du Pont, surtout lorsque notre destination est elle aussi située à l’ouest de du Pont dans St-Roch et que les sens-unique sont contre nous (si on peut dire…). Ça en est même dangereux selon moi – mon on ami s’est ouvert le pouce sur cette clôture en traversant et cela a nécessité 4 points de suture.

  7. La traverse piéton entre le Quai St-André et la rue St-Pierre a peinte au sol puis retirée. Je ne sais pas depuis combien de temps elle y était, mais les piétons continuent de traverser à cet endroit à leurs risques et périls…

  8. Sur le boulevard du Parc Technologique, entre le boulevard Hamel et jusqu’au début de la piste cyclable (un peu avant Rideau), il n’y a aucun trottoir ni piste cyclable. D’après la carte des travaux futures, un lien cyclable sera ajouté, qui semble suivre les lignes de haute tension jusqu’à la lumière du dépôt à neige Michelet pour joindre le début de la piste de Père Lelièvre. C’est une bonne nouvelle. Cependant, l’absence de trottoirs ou de corridor sécuritaire pour piétons sur ce tronçon rend la marche périlleuse. Les voies sont doubles à cette hauteur, le traffic rapide et il y a souvent des poids lourds. De surcroit, des travaux d’aménagement de nouvelles brettelles pour joindre l’autoroute Henri-IV sur la voie du boulevard qui va vers le sud sont en cours présentement. A échéance, il sera devenu encore plus dangereux d’y circuler à pied, car il faudra négocier avec des véhicules qui sortent et entrent sur une autoroute. J’aimerais qu’on me rassure en me disant qu’on a pensé aux piétons durant le processus et s’il y aura un lien sécuritaire un jour sur ce boulevard. Merci.

  9. Pas de descente de trottoir sur le boulevard Jean-Lesage permettant d’accéder à la piste cyclable de la rivière St-Charles (côté nord) et ce, dans les deux directions, L’accès à la piste cyclable est mal indiqué lorsqu’on roule vers le nord. Il y a simplement un panneau nous demandant de marcher sur le trottoir sur le pont, alors qu’on peut facilement aller emprunter la piste cyclable, passer en dessous du dit pont et le traverser sur la piste cyclable bidirectionnelle sur le trottoir ouest.

    • Dans le même style, à l’autre extrémité de la piste cyclable de la rive Sud : la piste cyclable de la rivière Saint-Charles s’interrompt brusquement en arrivant sur l’avenue du Pont Scott.
      Il n’y a rien, ni panneau, ni bateau pour descendre sur l’ avenue du Pont Scott… la piste se termine par un trottoir, et donc on est en théorie obligé de descendre du vélo, marcher quelques mètres sur ce trottoir et poser son vélo sur l’avenue du Pont Scott pour continuer.

  10. La bande cyclable sur le chemin St-Louis, à l’endroit même où Paul Shoiry s’est fait frapper est très dangereuse. Il faudrait séparer la voie cyclable de la route avec des poteaux ou des blocs de béton. Les automobilistes ne réalisent pas qu’il y a une bande cyclable et tournent brusquement sans regarder. C’est particulièrement dangereux à l’heure de pointe de l’après-midi, quand c’est congestionné vers les ponts. Les automobilistes deviennent impatients et adoptent des comportements dangereux.

  11. Le sentier de la Rivière Saint-Charles et des Berges à la l’intersection de la 136, passant par le Corridor du Littoral jusqu’à Abraham-Martin:

    Le trottoir improvisé en piste cyclable devrait être asphalté avec un marquage au sol pour mieux distinguer la piste cyclable et la voie piétonne. La piste qui passe sous le Boulevard Jean-Lesage est extrèment désuet et encore une fois, demande une réasphaltage. Toute la piste cyclable sur cette distance est à revoir. De plus, il y a de gros nids de poules sur la rue de l’Estuaire. Certains cyclistes empruntent tout de même la rue de l’Estuaire puisque le trottoir improvisé en piste cyclable est tellement désagréable.

    Une quantité importante de cyclistes passent par ce chemin tous les jours, ainsi que de nombreux groupes organisés de touristes et touristes réguliers. C’est assez gênant pour l’image de la Ville…

  12. Intersection Jeanne-Mance / Eugène-Lamontagne :
    Sérieux besoin d’asphaltage. Passage fréquent des autobus a complètement ondulé l’intersection.

    Avenue Jeanne-Mance au sud d’Eugène-Lamontagne + rue Cadillac :
    La quantité importante de craques profondes et de nids de poules, jumelé avec un éclairage absent à l’intersection de Jeanne-Mance et la rue Cadillac est dangereux. Particulièrement au printemps et à l’automne lorsqu’on fait face à une voiture, il est facile d’être ébloui et ne plus voir la route et d’avoir un accident. La rue est très étroite. Du stationnement uniquement sur un côté de Jeanne-Mance avec une voie cyclable, qui viendrait rejoindre la future chemin cyclable du Colisée avec le sentier de la Rivière Saint-Charles seraient fort apprécié par la multitude de cyclistes-travailleurs que je croise quotidiennement.

  13. Le sentier de la Rivière Saint-Charles et des Berges:

    Un affichage plus voyant est nécessaire. L’affichage actuel est inadéquat. L’affichage (AU SOL et PANCARTES) permettrait de diriger les piétons sur le sentier piétonnier ET NON la piste cyclable. Raison de plus : il y a encore des piétons qui ne savent pas qu’ils doivent marcher à contre-sens, plusieurs collisions ou quasi-collisions, de piétons face à face avec un cycliste dans une courbe sont survenus.
    De plus, les section de bois sur la piste cyclable est inacceptable et inconfortable. Les briques et les planches de bois dans une piste cyclables démontrent l’incompréhension de la Ville.

  14. Dans la côte Salaberry, le trottoir du côté est discontinu. Il disparaît dans une section de la côte sans avertissement. Lorsqu’on arrive au pied de la côte, on voit que le trottoir se termine et qu’il sera nécessaire de traverser la rue. Une traverse piéton pourrait donc être aménagée dans le bas de la côte pour permettre de traverser du côté avec trottoir. Lorsqu’on descend, le trottoir disparaît côté est en pleine courbe et il faut théoriquement remonter à l’intersection Salaberry/chemin Ste-Foy pour traverser sécuritairement.

  15. Un large trottoir relie de la Couronne en ligne droite vers du Chalutier (au moment où de la Couronne tourne vers l’ouest) . Il serait possible d’ajouter une bande cyclable sur celui-ci ou d’autoriser le passage des cyclistes, ce qui permettrait d’éviter une section achalandée de de la Couronne. On peut ainsi rejoindre facilement de la Pointe-aux-Lièvres, qui est parallèle à cette dernière. Cela pourrait également remplacer le passage maintenant interdit dans la journée dans la cour de l’École des Berges afin de rejoindre la piste cyclable.

  16. Bonjour,

    La piste cyclable bidirectionnelle sur Quatre-Bourgeois est très dangereuse aux intersections, en particulier au coin avec la rue Noël Carter lorsqu’on arrive de l’ouest, où la piste passe derrière l’abribus (voir photo : https://goo.gl/1v1gu7). Malgré la politique de la Ville, le virage à droite sur feu rouge est permis pour plusieurs intersections croisant cette piste cyclable.

  17. Bonjour,

    Signalement d’un emplacement au potentiel intéressant: le stationnement de l’hôpital de l’Enfant-Jésus (au nord-ouest de celui-ci). D’un côté de cet hymne à la beauté du monde (ironie), on trouve une belle piste cyclable, le corridor des Cheminots. Pas trop loin, du côté est, la rue Desroches est une chaussée désignée pour cyclistes dans sa portion est, où elle se connecte à l’Avenue Mailloux et file jusqu’au domaine de Maizerets.

    Le projet de construction d’un nouvel hôpital à cet endroit pourrait permettre la réalisation d’un lien cyclable entre le corridor des Cheminots et la rue De Vitrée, ainsi que l’implantation d’une chaussée désignée sur cette dernière et sur la totalité de la rue Desroches.

    En attendant, une barrière revue et modifiée permettant la libre circulation des cyclistes entre le stationnement de l’hôpital et la rue de Vitrée serait un bon début. On peut d’ailleurs imaginer la circulation sur deux roues, dans le secteur, en regardant la belle « trail de vache » qui contourne la barrière actuelle.

  18. La note sur le la bande cyclable Père-Lelievre (Signalé par Nicole Laveau, Conseil de quartier de Vanier) pourra changer de statut pour « Situation corrigée » à mon avis, car la Ville vient tout juste de terminer les travaux entre Gardénia et le chemin de fer. Les bandes cyclables ont été élargies et le marquage est déjà en place.

  19. Super travail bravo! J’ai analysé finement mon parcours quotidien (de st-sauveur jusqu’au boulevard de l’Atrium) et voici ce que j’ajouterais sur votre carte :

    Pour compléter le tronçon de l’avenue du colisée vers Charlesbourgs, j’allongerais le tracé cyclable recommandé là ou commence la 3e avenue (continuité de l’av. du colisée) jusqu’à la 52e rue, là où un lien cyclable apparait jusqu’au bout de la 3e avenue. Je signalerais aussi le viaduc qui passer sous l’autoroute Félix-Leclerc sur la 3 e avenue, La chaussée est très mauvaise sous le viaduc, je n’aime pas, en tant que cycliste, circuler sur le trotoir.

  20. Traverser le viaduc du boul. Chauveau, au- dessus de l’autoroute Henri 1v , est très dangereux. Il n’y a pas de protection pour les cyclistes, au niveau du marquage, pas plus dans les approches que sur le viaduc. Ce viaduc permet de relier la bande cyclable du boul. Çhauveau,à l’ouest, à la piste cyclable de l’ave . Chauveau et des Cheminots à l’Est. Le conseil de quartier fait des demandes répétées , depuis depuis des années, pour sécuriser ce secteur.

  21. La traversée de l’autouroute Charest pour passer de Frank-Carrel à Cyrille-Duquet (et vice versa), face à STO, est TRÈS dangereuse pour les vélos.
    Plusieurs raisons :
    – la largeur de l’autoroute (10 voies, plus 4 voies de contre-allée !)
    – l’absence total d’équipement pour les cyclistes
    – la densité du trafic
    – le comportement illégal des automobilistes ils ne s’arrêtent pas aux stops car se dépêchent de passer quand la lumière est verte, ils s’arrêtent à la lumière rouge bien après la ligne d’arrêt, ils coupent le trajet du cycliste qui arrive en face (souvent en klaxonnant !)…
    – et surtout la faible durée de la lumière orange : 4s, alors que la rue fait 45m de large.
    Donc pour un cycliste qui passe à la lumière verte, si celle-ci passe au orange tout de suite, il doit traverser à la vitesse de 40 km/h (45m en 4s) si il veut ne pas se faire écraser par les voitures qui démarrent à toute vitesse !

    Quant à emprunter la lumière piétonne c’est encore plus dangereux, car même quand la lumière piéton est verte, les automobilistes allant vers l’ouest ont le droit de tourner à gauche, générant un flux continu de voiture qui empêche tout passage de cyclistes (ou piétons).

    • C’est noté ! Il était temps que quelqu’un souligne ce problème. C’est un véritable capharnaüm, autant pour les cyclistes que pour les piétons. On attend avec impatience la bande cyclable qu’on envisageait d’aménager sur Frank-Carrel dans le plan d’action du PDRC de 2008.

  22. Il a une toute nouvelle piste cyclable le long du Chemin Sainte-Foy, derrière l’université, de Belmont jusqu’à la rue de la Médecine environ.
    Mais au niveau de la séparation Chemin Sainte-Foy / Chemin des quarte-Bourgeois, la piste cyclable est en hauteur et il n’est maintenant plus possible de quitter cette piste cyclable ! Cela empêche les cyclistes de continuer sur le Chemin Sainte-Foy, d’aller au CEGEP Sainte-Foy, d’aller à la Pyramide, de prendre l’avenue Nérée-Tremblay !

    • Merci pour ce signalement. Je note le problème d’accès à l’avenue Nérée-Tremblay mais je ne suis pas sûr de comprendre le problème pour accéder à la Pyramide et du cégep de Ste-Foy, car on a aménagé une rampe d’accès pour rejoindre vers le chemin Ste-Foy où se trouve un passage pour piétons (voir cette photo). Pourriez-vous préciser ce qui ne va pas ?

      • Pour moi cette rampe d’accès est réservée aux piétons (elle commence d’ailleurs par un passage piéton qui traverse la piste cyclable).

      • Merci pour cette précision. J’aurais tendance à croire que les ingénieurs ont pensé aux cyclistes en aménageant la rampe… mais qu’on ne n’a tout simplement pas signalé adéquatement (d’où l’interdiction «technique» d’y circuler à vélo). Si les vélos y étaient clairement autorisés, est-ce que cela réglerait le problème d’accès au cégep, à la Pyramide et à l’avenue Nérée-Tremblay ?

  23. Devant le Cégep Garneau, c’est-à-dire sur le Boulevard de l’Entente, entre l’Ave. Émile-Côté et l’Ave Baillargé, il y a un trottoir sur un seul côté de la rue, et pas du côté du Cégep! Là il y a plutôt une zone de stationnement. Les étudiants qui descendent de l’autobus sur Chemin. Ste-Foy et qui arrivent par Émile-Côté envahissent le Boulevard de l’Entente et, invariablement, marchent carrément dans la rue, à côté des autos stationnées, face aux autos et aux vélos qui arrivent en sens inverse. Chaque matin j’y roule en vélo et je passe toujours proche de faire une collision avec l’un de ces étudiants.

  24. Promenade des Soeurs, depuis Legendre jusqu’à Jean-Charles Cantin.

    Je vous amène en banlieue, à Cap-Rouge. Je suis au coin Legendre et je regarde vers le haut de la promenade des soeurs. Jolie côte à monter, mais, bonheur, la présence de la voie cyclable me rassure. Précisons que cette voie cyclable est du genre double-sens, sans poteaux flexibles qui séparent les cyclistes des voitures, et pas particulièrement large. Je m’attaque à la côte sur la voie cyclable. Dans cette direction, la voie cyclabe se retrouve « à gauche » de la rue. Un cycliste s’en vient; n’oublions pas qu’il est en descendant alors que moi je pistonne en montant. Manque de chance, une voiture s’en vient au même moment. En un instant, je dois « VISER » (en montant) le trou entre le cycliste qui desend à ± 30 km/h et la voiture qui desend à ± 50 km/h. Sensations fortes garanties.

    • Merci de nous amener à Cap-Rouge. Je ne trouve par l’intersection Promenade-des-Soeurs / le Gendre. Pouvez-vous me confirmer qu’il s’agit bien du tronçon situé entre la route Jean-Gauvin et la rue Jean-Charles-Cantin ?

      • Oups… Vous avez parfaitement raison, j’ai confondu Legendre et Jean-Gauvin. Je voulais bel et bien mentionner le tronçon sur Promenade des soeurs, depuis Jean-Gauvin (situé au bas de la côte) jusqu’à Jean-Charles Cantin (en haut de la côte). Désolé pour l’imbroglio.

  25. Au pied de la passerelle dans le Parc Victoria
    L’asphalte est en très mauvais état au pied de la passerelle et au début du parc.
    De plus, quand nous arrivons au parc, la piste cyclable semble disparaître et on doit circuler à travers les piétons, ce qui irrite cyclistes et piétons. Il existe le sentier de terre qui permet de traverser le parc en ligne droite vers la rue St-Anselme. Cela démontre le besoin d’un passage plus clair et plus efficace pour les vélos à cet endroit.

  26. Coin Parvis / Prince-Édouard (cours d’école primaire)
    Depuis un an, l’école a interdit l’entrée des vélos dans la cours d’école durant la journée. La ville n’a pas développé un autre passage pour circuler entrer ou sortir de piste cyclable qui longe la rivière. Les possibilités sont de sortir au coin La Couronne en passant sur un trottoir ou de sortir au coin Du Pont. Pourtant, la rue du Parvis est un parfait chemin (peu de circulation, double sens) pour circuler vers Limoilou ou St-Roch.

    • Il était temps que l’école interdise les vélos dans la cour d’école, car les enfants sont là et plusieurs vélos circulaient à vive allure en faisant du slalom parmi les enfants.

    • Merci de souligner cette problématique Nathalie. C’est un fait qu’il faut prendre en compte la sécurité et le bien-être des enfants. L’aménagement d’un passage alternatif, comme le suggère Marie, serait certainement la solution, car c’est un fait que c’est un passage important pour les cyclistes en raison des nombreuses contraintes pour entrer et sortir de St-Roch.

  27. La rue Dupont, sur toute sa longueur, est assez problématique parce que la chaussée est très abimée (il y a de nombreux nids-de-poule en plus des anciennes voies pavées qui ont été asphaltées sur le dessus et qui font des grosses bosses). De plus, la largeur de la route en direction Sud oblige les cyclistes à se placer dans la zone d’emportièrement. Dans la direction Nord, comme il n’y a pas de voiture stationnée, le problème est moins criant. Cependant, si une voiture désire doublée un cycliste, elle risque de frapper une autre voiture venant en sens inverse ou même un vélo. (Il n’y a de la place que pour une voiture et un vélo, et encore…)

    • C’est noté. Il est bien question de la rue du Pont, dans St-Roch, n’est-ce pas ? C’est un fait que cette artère est cruciale aux déplacements des cyclistes entre St-Roch et Limoilou. C’est dommage qu’il soit si difficile d’y circuler. Il faudrait des indications claires autorisant les cyclistes à occuper la voie, car de toute façon, les voitures ne peuvent pas rouler bien vite sur une rue aussi étroite. Une chaussée désignée serait un bon début.

    • Je suis tout à fait d’accord avec Alexandra. Je passe là tous les jours pour aller travailler et c’est extrêmement dangereux. La rue est tellement en mauvais état que nous devons rouler au milieu pour éviter les trous et bosses, et ce au travers des voitures qui roulent rapidement.

  28. Coin Saint-Luc/Hermine/de l’Aqueduc
    Située sur l’un des seuls liens cyclables traversant le quartier Saint-Sauveur, la chaussée désignée sur la rue Saint-Luc ne comporte aucun mesure d’apaisement de la circulation, à l’instar du vélo-boulevard en haute-ville. L’un des endroits problématique sur ce trajet est l’intersection des rues Saint-Luc, Hermine et de l’Aqueduc. Cette intersection comporte plusieurs branches et est de forme irrégulière. La visibilité est faible à plusieurs de ses approches et les manoeuvres à anticiper sont plus nombreuses. La jonction de ces trois rues crée aussi un espace ouvert sur la chaussée qui pourrait être resserré par l’ajout d’un ilot, comme à l’intersection située plus au sud avec la rue Kirouac.

  29. Il y a aussi le passage pour piétons et cyclistes à l’intersection de Myrand et de la Somme qui n’est à peu près jamais respecté par les automobilistes (j’ai même déjà vu une patrouille de police ne pas me céder le passage). De plus, les cyclistes arrivant du nord-est doivent soit se passer de la traverse, soit traverser de la Somme avant de l’emprunter (ce qui les oblige à rouler à contre sens ou à débarquer de leur vélo).

    • Oh! et il y a aussi l’intersection de Ste-Foy et de Vimy qui est problématique lorsqu’on arrive en vélo du sud-est. Pour atteindre la piste cyclable en continuation avec la rue Hélène Boullé, il faut soit rouler à contre sens, soit débarquer de son vélo pour traverser de Vimy.

      • Je me question aussi par rapport à cette intersection. Est-ce que le marquage de chevrons avec vélos au sol nous autorise à traverser de Vimy (du sud-est au sud-ouest, pour rejoindre la piste cyclable) au feu vert ou faut-il attendre le feu pour piéton. Quelqu’un sait-il s’il y a un panneau P-285 « passage cycliste sur feu piéton » ?

      • Je ne sais pas, mais même en traversant au feu vert, on se retrouve à contre sens, ce qui n’est pas idéal en matière de sécurité. De plus, ça nous oblige à passer devant d’éventuelles autos qui viendraient de la même direction mais qui voudraient tourner à droite sur Ste-Foy au feu rouge. Si l’automobiliste arrive à peu près en même temps que nous à l’intersection, c’est pas dit qu’il anticipera notre intention de tourner à gauche à contre sens alors qu’on se tient à droite de la chaussée… C’est n’importe quoi. Moi j’évite toujours cette intersection dans ce sens. Je coupe par le collège.

      • Exactement ! J’ai les mêmes réserves. Je ne savais pas que ça communiquait par le terrain du collège. C’est clair que c’est plus sécuritaire.

    • Coin Père-Marquette et Cardinal-Bégin, les cyclistes du vélo boulevard ont un arrêt, mais pas les voitures circulant sur Cardinal-Bégin. Même problème coin Père-Marquette et Brown. Il faudrait au moins des arrêts toutes directions pour rendre ces intersections plus sécuritaires (ralentir la vitesse des automobilistes) et faciliter le passage des cyclistes (c’est sensé être un vélo-boulevard après tout).

      • Je viens regarder Google View. Il y a des arrêts obligatoires sur Brown et Cardinal-Bégin. Par contre, comme il y a une mesure d’apaisement coin Père-Marquette/Cardinal-Bégin, Louis Bernier-Héroux (commentaire ci-dessous) suggère de retirer le panneau d’arrêt des véhicules (vélos et autos) arrivant par Père-Marquette. Quand pensez-vous ?

      • Je crois qu’il serait en effet possible d’enlever un arrêt pour les gens circulant sur Père-Marquette. Minimalement, les panneaux d’arrêt devraient être conformes et comporter la mention toutes directions! Qui a priorité quand personne ne croit l’avoir? La confusion est une source d’accident (et je me sens un peu nunuche d’avoir poireauté pour rien à ces arrêts depuis deux ans!).

    • C’est noté. Un peu plus haut sur Myrand, il y a aussi celui de la rue Géronce-Gariépy qui n’est pas respecté même s’il est très voyant. C’est à se demander s’il faut plus de signalisation ou plus de sensibilisation ;-)

  30. Coin Bourlamarque/Grande-Allée
    Il y a été décidé par le passé d’implanter une chaussée désignée sur l’avenue Bourlamarque afin d’offrir un accès aux Plaines d’Abraham. C’est pourquoi on voit à plusieurs endroits l’indication « Plaines d’Abraham » sur Père-Marquette. L’accès aux plaines depuis l’avenue Bourlamarque est cependant difficile, car il faut faire un virage à droite sur Grande-Allée puis un virage à gauche vers le musée, et inversement venant des plaines. Peut-être qu’une solution serait d’installer un bouton d’appel accessible pour les cyclistes depuis la chaussée – comme à De Callières/Holland – qui leur permettrait d’avoir un signal pour faire les deux manoeuvres décrites rapidement et sans crainte.

  31. Je proposerais un lien cyclable, au moins en direction est, entre la pente-douce et le marché du Vieux-Port, en passant par Arago et Saint-Valiier Est. L’itinéraire parallèle en direction ouest est plus compliqué à trouver cependant

    • Arago O. est déjà une chaussée désignée jusqu’à St-Germain. Est-ce un bon point de départ pour une voie cyclable vers le Vieux-Port ? Quel pourrait être le tracé à partir de St-Germain ?

      • L’idée est de prolonger la chaussée désignée d’Arago O vers l’est en passant par Arago Est, puis Saint-Vallier Est à partir de la Côté d’Abraham jusqu’au marché du Vieux-Port. Il s’agit d’un lien inscrit au PDRC de 2008 (projet #54). Pour diminuer la circulation de transit sur ces rues, ce lien pourrait bénéficier de mesures d’apaisement de la circulation comme sur le vélo-boulevard, techniques d’aménagement de voie cyclable qui n’étaient pas incluses dans le document de 2008.

  32. Côte de l’Aqueduc,
    Juste à la fin de la côté de l’Aqueduc, sur la descente, il y a une bouche d’égout qui forme un gros creux. C’est vraiment très dangereux, comme tenu de la vitesse à laquelle un cycliste peut alors circuler. Je pense en plus qu’ils l’ont fait exprès pour faciliter le drainage…

  33. Coin Holland/Grande-Allée
    La durée du feu de piéton (18 secondes) est beaucoup trop courte pour traverser toutes les voies, particulièrement pour une personne qui doit traverser en diagonale. Il est absolument impossible de traverser en L comme le prescrit le règlement et il faut courir pour réussir à traverser (illégalement) en diagonale. Le temps est trop court pour une personne à mobilité réduite, même pour traverser seulement Grande-Allée. De plus, le cycle est incroyablement long et il faut s’y prendre longtemps d’avance pour que le tour des piétons ne soit pas sauté carrément, ce qui fait en sorte qu’il n’est pas vraiment envisageable de traverser en 2 coups…

    Coin Robert-Bourrassa/Hochelaga
    La piste cyclable qui traverse l’université Laval se termine au coin de Robert-Bourrassa, mais il n’y a pas de feu conçu pour les cyclistes. Il faut soit traverser sur le feu de piétons, soit passer (à nos risques) sur le feu vert en sens inverse, alors qu’une file de voitures tourne à droite. Ensuite, on se retrouve du mauvais côté de la rue par rapport à la piste cyclable et il faut encore traverser sur le feu de piétons ou sur un feu vert dangereux.

    Je ne suis pas passée récemment par ces intersections, mais je les trouvais extrêmement frustrantes à chaque fois. Si les choses se sont améliorées, veuillez ignorer mes commentaires.

  34. René-Lévesque entre Amérique-Française et Honoré-Mercier

    La Ville indique qu’il y a une piste cyclable dédiée (sur le trottoir) sur ce tronçon. Si on prête vraiment attention, on devine une ligne médiane dans le pavé. Or y rouler est beaucoup trop dangereux parce que la piste est mal identifiée et que plusieurs piétons y circulent. En fait, c’est en plein dans un débarcadère/embarcadère d’autobus!

  35. Gros problème lorsque le corridor des cheminots croise l’Avenue des Affaires à Val-Bélair. Les voitures arrivent vite et il n’y a aucune signalisation (stop, lumière) pour les arrêter. Théoriquement, les piétons et les vélos devraient avoir priorité, mais les voitures ne laissent aucune chance. À défaut de mettre un policier à cet endroit pour donner des tickets, il faudrait mettre un stop, ou une lumière avec traverse à piétons.

  36. Merci pour votre travail !

    j’aimerais signaler l’absence de lien est-ouest sécuritaire dans le nord de la ville.

    À Lac St-Charles, la partie est de la rue Lepire est très étroite et sans accotement.
    Idem pour Goerges-Muir et la rue de la Faune.
    En fait le premier lien est-ouest sécuritaire et le corridor des cheminots !

  37. Coin Hochelaga/Robert-Bourassa
    La traversée en direction ouest doit se faire en deux temps. Le cycliste est contraint de traversée Robert-Bourassa du côté sud de l’intersection, puis d’attendre au coin avant de pouvoir traverser Hochelaga et continuer sa route. En plus, d’être inutilement longue, cette façon de faire est peu sécuritaire. L’approche de l’intersection devrait être réaménagée pour permettre aux cyclistes de rejoindre le coin nord-est de l’intersection et pouvoir traverser seulement une branche de l’intersection pour continuer en direction ouest.

    • Érika Giroux, ci-haut, a fait la même observation. Visiblement, il y a une connexion qui se fait mal entre la piste cyclable de l’Université Laval et la bande cyclable du boulevard Hochelaga !

  38. Chemin Sainte-Foy entre Marguerite-Bourgeoys et Avenue du Père-Pelletier
    Secteur très accidentogène du chemin Sainte-Foy, probablement en partie en raison des voies de stationnement devant les commerces qui réduisent l’espace de manoeuvre et augmentent les risques d’emportiérage.

  39. Coin Eymard et lien vers parc Bellevue
    L’un des aspects décevants du vélo-boulevard est le manque de panneaux de repère qui permet de s’orienter et suivre son tracé sinueux. Par exemple, il y a encore aujourd’hui des gens qui ignorent qu’un lien cyclable permet d’éviter le boulevard René-Lévesque et le chemin Sainte-Foy en traversant le terrain de l’ancien collège de Bellevue. En fait, il devrait presque y avoir un panneau de repère à chaque virage, le plus souvent avec deux ou trois destinations, Et si l’on trouve que ça fait trop de panneaux, c’est peut-être parce qu’il y a trop de virages!

  40. Coin Père-Marquette/des Braves
    L’un des éléments décevants du vélo-boulevard sur Père-Marquette est le nombre d’arrêts qui ralentisse la progression des cyclistes. La raison de cela est que la Ville s’est concentrée sur la réduction du volume de circulation, mais non sur la réduction de la vitesse. Par conséquent, les autorités et les citoyens sont réticents à retirer les panneaux d’arrêts, car ils agissent comme mesure d’apaisement de la circulation, quoi qu’en disent les ingénieurs en circulation! Si l’on veut donc retirer des panneaux d’arrêt, il faut agir sur la vitesse et l’un des aménagements qui se substitue bien à des panneaux arrêts est l’ilot circulaire – genre de petit rond-point. Ce type d’aménagement se prêterait bien à l’intersection Père-Marquette/des Braves. Ce type d’aménagement est très populaire à Vancouver. En voici quelques exemples: https://goo.gl/V4yE67

  41. Coin Père-Marquette/Cardinal-Bégin et De Callières/Marguerite-Bourgeoys
    L’un des éléments décevants du vélo-boulevard sur Père-Marquette est le nombre d’arrêts qui ralentisse la progression des cyclistes. La raison de cela est que la Ville s’est concentrée sur la réduction du volume de circulation, mais non sur la réduction de la vitesse. Par conséquent, les autorités et les citoyens sont réticents à retirer les panneaux d’arrêts, car ils agissent comme mesure d’apaisement de la circulation, quoi qu’en disent les ingénieurs en circulation! Certains panneaux peuvent cependant être retirés sans risque de voir la vitesse de circulation augmenter. Ce sont ceux aux intersections Père-Marquette/Cardinal-Bégin et De Callières/Marguerite-Bourgeoys, car les aménagements réalisés par la Ville contraignent les automobilistes circulant sur le vélo-boulevard à tourner à droite, tout en cédant la priorité aux piétons et aux cyclistes rappelons-le (CSR article 349)!

  42. Bonjour,

    En banlieue, les liaisons entre les différents arrondissements ou entre les pistes et bandes cyclables sont à revoir.

    Entre Charlesbourg et les Rivières, le seul lien cyclable est récréatif (piste des Cheminots). Or, les liens cyclables utilitaires sont déficients. Entre les secteurs résidentiels de Charlesbourg et le pôle Lebourneuf, le dénivelé important oblige les cyclistes à emprunter le boul. Louis-XIV entre le boul. Des Gradins et le boul. Cloutier, ce qui n’est pas une mince affaire entre les bretelles d’autoroute, les camions de Carrières Québec et de Béton provincial, les voies automobiles serrées et le trottoir d’un seul côté du boulevard qui fait moins d’un mètre de large. J’y ai pourtant vu des cyclistes tout l’été soir et matin.

    À Charlesbourg, le lien entre l’intersection boul. Mathieu/79e Rue Est et l’intersection 76e Rue Ouest/3 Ave Ouest est inexistant alors qu’il pourrait permettre un accès sécuritaire au Cégep Limoilou Charlesbourg et à la Polyvalente de Charlesbourg.

    Entre Beauport et Charlesbourg, les jeunes et moins jeunes passent pas l’extrémité Est de la rue des Vignobles pour atteindre la piste cyclable de la rue Pierre-Paul Bertin par un petit bout de jardin communautaire, un fossé et l’accotement du boul. Saint-David pour s’éviter un détour de 2,5 km en prenant la piste cyclable. Officialiser ce passage sécuriserait les déplacements de la population de ces deux arrondissements.

    À Beauport, le lien entre l’intersection de la piste cyclable/boul. Louis XIV au Camping Beauport et l’intersection des bandes cyclables de l’avenue Larue/rue Jean XXIII est aussi inexistant. Il pourrait, entre autres, permettre un accès sécuritaire à l’école secondaire de la Courvilloise.

    ;)

  43. Au centre ville (St-Roch et Saint-Jean) il devrait y avoir autant de stationnement à vélo que d’auto. Québec devrait donc inclure des parcomètres pouvant accueillir des cadenas de vélos. Voir cet article. Ou comme à Ottawa (cette photo) et à Toronto (photos), des ‘Ring and Post’ bike tie ups le long des boulevards importants.

  44. Saint-Amable au niveau du Grand théâtre. Segment du vélo-boulevard complètement ignoré. Aucune intervention de réalisée. Pourtant la chaussée est super large et la circulation est intense, normal puisque c’est un terminus de bus! On peut pas laisser les cyclistes circuler au milieu des bus sans leur donner au moins une bande cyclable!

  45. La visibilité est très mauvaise aux ‘intersections des rues Père-Marquette et Bourlamarque et Bourlamaque et Dumont, essentiellement en raison de gros véhicules stationnés à moins de 5 mètres de l’intersection, ce qui est illégal. Chaque jour il doit y avoir des gens qui passent proche de se faire frapper.

  46. L’intersection Prince-Édouard et du Pont est très dangereuse pour les cyclistes, particulièrement pour ceux qui circulent en direction sud, puisqu’ils risquent d’entrer en conflit avec les automobilistes qui sont sur la voie de virage à droite. Envisager un feu prioritaire pour les cyclistes à cet endroit. Les automobilistes attendront.

  47. Le tronçon de la 3e avenue entre la 4e rue et la rue du Prince-Édouard est l’un des tronçons les plus accidentogènes de Québec pour les cyclistes. Il s’agit aussi d’un des liens les plus naturels entre le quartier Limoilou et le quartier Saint-Roch. Il y a pourtant l’espace suffisant pour ajouter au minimum des bandes cyclables, (mettre le curseur sur le pont de la 3e avenue)

  48. Il y a un manque flagrant de connectivité nord-sud dans le secteur de Saint-Sacrement. L’avenue Holland serait la meilleure option pour relier le chemin Saint-Louis et le boulevard Laurier au vélo-boulevard. Ce lien pourrait aussi être prolongé vers la côté Saint-Sacrement puisqu’il s’agit d’un accès souvent réclamé par les cyclistes. Il est vrai, comme l’a mentionné un autre internaute ici, que le revêtement de l’avenue Holland aurait besoin d’être refait! Ça fait vraiment dur entre Laurier et René-Lévesque!

  49. J’aimerais voir le contre-sens cyclable de la rue Fraser être prolongé jusqu’à la rue Bougainville. Plusieurs personnes l’utilisent ainsi et il s’agirait d’un lien de quartier intéressant.

  50. Absence de lien cyclable bien défini dans le Parc Victoria. Par exemple, il est assez difficile de se diriger vers la rivière Saint-Charles depuis la passerelle, qui surplombe l’autoroute Laurentienne et qui passe près de la centrale de police, sans emprunter le stationnement de l’école secondaire. La construction de la passerelle qu’il font au-dessus de la rivière Saint-Charles en ce moment serait l’occasion de repenser la circulation à vélo dans le parc Victoria, notamment entre la rivière et le quartier Saint-Roch.

  51. En continuité avec mon commentaire no 1:
    Sur la piste du Vieux-Port, entre l’Agora et l’Espace 400e, la surface passe d’une surface d’asphalte à une surface de bois. C’est très glissant lorsqu’il pleut ou près du point de congélation. Il faudrait ajouter des surfaces anti-dérapant.

  52. Bonjour,

    1- piste cyclable au Vieux-Port, portion commençant devant le resto Le café du monde et contournant l’Agora.
    Les piétons empruntent continuellement la piste parce qu’elle est mal balisé au niveau horizontal bien qu’elle soit bien tracée au sol. Elle mériterait l’installation de balises souples (je ne connais pas le terme exacte, mais je sais que tu le connais Yan) le long de la piste à quelques endroits et surtout quelques pancartes pour rappeler aux piétons qu’il y a une piste cyclable là.

    2- Piste cyclable qui longe le parc Notre-Dame-de-la-Garde, près du Bassin Brown.

    Les piéton empruntent continuellement la piste cyclable, souvent sans même regarder si des vélos arrivent. Risque de collision fréquentes. Nécessite plus de pancarte et même l’ajout d’un trottoir. Il n’y a pas de trottoirs pour les piétons à cet endroit. Alors il est normal qu’ils empruntent la piste. L’ajout d’un trottoir, même très étroit, réglerait une partie du problème.

  53. La piste cyclable du petit boulevard Laurier mérite de l’attention entre robert bourassa et le CHUL, surtout en direction ouest. Devant la SSQ, elle sert de parking aux taxis à tous les soirs à la sortie des travailleurs. Rendu au coin où sera construit les condos Ékla, face à Place Ste-Foy, il n’y a aucune lumière en direction ouest, pas même piétonne pour se faufiler. Les gens venant du blvd Laurier font un U turn pour aller à la SSQ donc on peut se faire frapper de tout côté. Si on a la bravoure de continuer, on arrive au coin de Jean de Quen mais on est devant un cul de sac. Il y a une lumière piétonne pour traverser Jean de Quen depuis quelques semaines (merci ville Québec!) mais en vélo on ne peut aller nul part. À revoir. Est ce que ça parait que ce serait mon itinéraire préféré si ce n’était pas un coupe gorge? :)

    • C’est un coin que je ne connais pas très bien. Merci pour ces détails. J’ai ajouté trois marqueur sur la bande cyclable bidirectionnelle du petit boulevard Laurier. Merci de valider l’information..

  54. L’avenue Saint-Sacrement est problématique sur toute sa longueur, mais là où elle devient carrément dangereuse, c’est à son extrémité, qui touche le boulevard Hamel. Il n’y a pas de trottoir. Vouloir emprunter le Parc linéaire de la rivière Saint-Charles (juste en face de l’autre côté de Hamel) relève de la gageure autant pour les piétons que pour les cyclistes.
    En vélo, vouloir tourner à droite oblige à emprunter la petite bretelle conçue pour les autos, et ça roule plutôt vite à cet endroit.

  55. Merci pour l’initiative!
    L’intersection Hochelaga et Route de l’Église est problématique pour les cyclistes, en particulier quand on arrive par Hochelaga et qu’on veut tourner à gauche ou continuer tout droit. La bande cyclable sur Hochelaga se termine inopinément quelques mètres plus tôt, au coin de la rue précédente (en fait : elle oblige à tourner à gauche sur De Soulanges).
    Rendu à la hauteur de de l’Église, le cycliste désirant aller tout droit se retrouve malgré lui dans la voie automobile pour tourner à droite. Impossible de stopper là de manière sécuritaire, on nuit aux autos qui tournent à droite. Il peut se placer dans la voie du centre, mais les autos dans cette zone circulent habituellement à plus de 50 km/h.
    Quant au cycliste qui veut tourner à gauche sans passer par De Soulanges un coin de rue plus tôt, il doit se déplacer vers la gauche (sur la voie automobile pour tourner à gauche) en effectuant plusieurs changements de voie – lesquels ne peuvent se faire de manière sécuritaire s’il y a de la circulation automobile.

  56. En pointant le segment de rue de la Côte d’Abraham entre Arago Est et de la Couronne.

    « Secteur dangereux pour les cyclistes, en raison de l’intensité de la circulation automobile et du nombre de voies à franchir. Ce secteur est certainement l’un des plus problématiques situé sur un axe qui permettraient de relier rapidement la Pente-Douce au Vieux-Port à vélo, au moins en direction est. De plus, pour les cyclistes qui descendent la Côté Badelard, il s’agit d’un passage obligé pour ceux qui ne souhaitent pas traverser le stationnement de la Fabrique et se retrouver à devoir circuler à contre-sens sur Dorchester ou Sainte-Hélène ».

  57. Les déplacements entre le quartier Saint-Sauveur et Saint-Roch sont difficiles à vélo, notamment à cause du nombre de sens unique qui limite les itinéraires possibles. Je formulerais ainsi mon commentaire en pointant l’intersection Langelier/Saint-Joseph.

    « Déplacements entre le quartier Saint-Sauveur et Saint-Roch difficiles, notamment en raison des sens uniques qui limitent les itinéraires possibles entre ces deux quartiers. L’implantation de contre-sens cyclables sur certaines rues permettraient aux cyclistes d’éviter le boulevard Charest ou de contrevenir au Code de la sécurité routière ».

  58. Bonjour,

    Je veux simplement ajouter mon +1 concernant le passage de la rue Soumande au-dessus de l’autoroute Laurentienne.

    C’est pratiquement le seul endroit pour traverser et il est hautement dangereux pour tout le monde: piétons, cyclistes, etc.

    Je n’ai pas vérifié en 2015. On sait que la Ville a décidé d’améliorer uniquement la circulation piétonnière vers le nouveau colisée. Or, ce passage sur l’autoroute et son intersection routière du côté de Limoilou sont clairement un des endroits les moins sécuritaires de Québec.

  59. Je me déplace beaucoup à pied, notamment. Mais, depuis que j’ai déménagé dans le coin de la route de l’Église/Chemin Saint-Louis, je suis toujours frustrée en attendant pour traverser ce « carrefour », que ça soit à pied ou à vélo. Le temps d’attente est démesurément long! J’ai l’impression de prendre plus de temps à attendre au feu piéton que de marcher de chez moi jusqu’à ma destination (5 minutes à pied), c’est aberrant, car il n’y a pas tant de voitures qui passent par ce coin, mais elles sont prioritaires, comme souvent…

    Et je ne parle pas de ce Provigo bétonné, consacré à l’usage de la voiture, où les voitures circulent, rentrent et sortent rapidement sans regarder aux alentours. C’est aberrant que pour 5/10mn de trajet à pied, pour aller à l’épicerie, l’on préfère finalement prendre la voiture car l’environnement est hostile aux piétons. Après l’on dit qu’il faut encourager les gens à marcher mais il y a bien du travail à faire… Ne parlons pas de cette situation en hiver…

    De plus, je trouve que la route de l’Église est bien trop large, du Boulevard Laurier jusqu’en dessous du Chemin Saint-Louis. Les voitures roulent vite, et en vélo c’est désagréable et plutôt dangereux.

    • Je seconde. J’ai écrit un long commentaire sur la même interesection et sur le besoin d’une piste cyclable vers le nord sur de l’Église (et de l’extrême danger de rouler sur de l’Église entre Laurier et Hochelaga) qui est malheureusement disparu dans le cyberespace. Il y a une école, un camp de jour l’été, un centre de loisirs, des résidences de personnes âgées et un début de densification dans ce coin, avec un petit (très laid et asphalté) centre commercial avec des services de proximité. Il y a beaucoup de potentiel dans le quartier mais en ce moment chemin St-Louis est un raccourci pour les ponts et les piétons et cyclistes en souffrent.

  60. Comme je disais , cette carte est une très bonne initiative, et un beau projet collaboratif en devenir!

    Mais cela doit être un travail pour vous de prendre en note les problèmes que chaque utilisateur mentionne. Avez vous pensé à une plateforme « collaborative » plus autonome, pour que les usagers puisse directement mentionner les problématiques (et au besoin les corriger)?

    Aussi comme plusieurs personnes peuvent être d’accord sur un problème en particulier sur un point de la carte, permettre aux utilisateurs de commenter ce point et même de voter, renforcerait son impact auprès de la ville.

    Ce qui serait excellent aussi, c’est une application mobile, car je pense que le plus souvent, quand on expérimente et remarque le problème, on a rien pour noter et on l’oublie, on pense que la ville a certainement repéré ce problème et que c’est tellement problématique, que ça se réglera automatiquement. Mai comme nous le savons, ce n’est pas le cas…

    Ce serait un beau projet, cela se fait déjà ailleurs ^^

    • C’est quelque chose qu’on envisage. Ceci dit, le plus gros du travail est de faire en sorte que les préoccupations des cyclistes soient entendues, ce qui requière bien sûr d’identifier les obstacles à la mobilité durable mais également, et c’est ce qui est le plus long, de faire le suivi auprès des décideurs. Si vous souhaitez vous impliquer, votre aide sera la bienvenue ;-)

      • Je suis à Vancouver jusqu’à Noël mais à mon retour je pense qu’il est temps que je fasse le saut pour participer au conseil de quartier et si possible à la table de concertation sur le vélo. Je vis à la limite entre le territoire de St-Louis de France et de Sillery et il y aurait un énorme bénéfice à penser ces quartiers avec le « de 8 à 80 ans » en tête. L’énorme condo pour retraité Ekla en construction, les proprio originaux des maison du quartier qui ont 80 ans, le manoir archer, les condos locatifs qui viennet d’ouvrir à côté du CHUL= il y a bcp d’ainés dans le quartier. Si on pense à eux, et aux enfants 3 écoles primaires dans le coin), en pensant les déplacements, ce serait merveilleux.

      • Je suis content de lire ça ! Il y a plusieurs façon de faire avancer les choses au sein de votre conseil de quartier : (1) vous pouvez assister aux rencontres et vous exprimer pendant la période de questions ; (2) vous pouvez poser votre candidature pour devenir administratrice au moment des élections ou vous faire coopter (si tous les postes d’administratrices ne sont pas encore comblés) ; et (3) vous pouvez être mandaté pour représenter votre conseil de quartier à la quartier à la Table de concertation vélo des conseils de quartier en tant que simple citoyenne, même si vous n’êtes pas administratrice.

  61. Aussi, avez-vous pensé introduire des notes sur l’état de certaines routes?

    Marie-de-l’Incarnation, par exemple, ne devrait pas être très difficile à gérer à vélo; il y a plusieurs voies et la circulation est bien régulée. Mais le bord des rues est garni de nids-de-poule (que dis-je, de nids de dinde) de sorte que le cycliste doit constamment ambitionner vers la gauche à ses risques et périls. J’ai fini par commettre le sacrilège de rouler sur le trottoir, de peur d’éclater un pneu et/ou de mourir écrasé sous un 802.

  62. J’ajouterais des lumières pour mieux voir a certains endroits! Quand on on es proche de la Gare de triage pour aller en dessous du viaduc, c’est très noir
    Merci

  63. J’ajouterais une intersection problématique pour les cyclistes et les piétons au coin de la Pente Douce avec Marie de l’Incarnation. Les automobilistes qui arrivent de Marie de l’Incarnation pour rejoindre la Pente Douce accélèrent en montant la côte et respectent rarement la traverse prioritaire accompagnée d’un signe de céder le passage pour les piétons et les vélos. C’est problématique car il y a deux voies d’accès qui coupent la piste cyclable. Un panneau d’arrêt pourrait être nécessaire à cet endroit pour régler ce problème.

    Merci!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *